Une colonne de feu

une colonne de feu

Auteur : Ken Follett ( Royaume-Uni)

Biographie : Né au Pays de Galles Ken Follett déménage à Londres à l’âge de 10 ans et  y termine ses études secondaires. Il poursuit ensuite des études de philosophie à l’ « University College », dont il sort titulaire d’une licence. En 1970, après la faculté et des études de journalisme. Il travaille comme reporter au « South Wales Echo » à Cardiff et à l’ »Evening News » à Londres. N’étant pas devenu un reporter d’investigation reconnu, Ken Follett écrit des romans, la nuit et pendant les week-ends ; en 1974, il quitte définitivement ses emplois de journaliste et rejoint les éditions « Everest Books. » Ses livres se vendent relativement bien, mais c’est avec « Eye of the Needle » que Ken Follett connait le succès: le livre publié en 1978 reçoit le « Prix Edgar » et est vendu à plus de 10 millions d’exemplaires.

Présentation: Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge. Il découvre une ville déchirée par la haine religieuse, et se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald. L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe, et les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays, et Ned devient alors espion de la reine. En ces temps de grand trouble, de fanatisme et de violence, les pires ennemis ne sont pourtant pas les religions rivales : la véritable bataille oppose les adeptes de la tolérance et les extrémistes.

Mon avis : C’est avec ce roman fleuve que s’achève la saga Kingsbridge. Les bâtisseurs de l’imposante cathédrale ont depuis longtemps disparu et nous voici propulsés au XVI ème siècle en pleines guerres de religion. Encore une fois, le charme a opéré immédiatement et c’est avec un plaisir indéniable que j’ai suivi les aventures de Ned et Margery, entre autres. Car, cette fois encore, les personnages sont nombreux mais le talent de l’auteur est tel qu’il est facile de les retenir, de les aimer ou de les haïr. Sans oublier l’aspect historique de ce merveilleux récit, le travail de M. Follett est admirable. En résumé, une très belle saga que je recommande vivement.

Une réflexion sur “Une colonne de feu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s