WriteControl : L’atelier des écrivains !

Un outil pratique et convivial. Le connaissez-vous?

L'Antre de Myfanwi

WRITECONTROL : L’ATELIER DES ECRIVAINS

Bonjour à tous ! Cette semaine, nous nous intéressons à une petite plateforme d’aide aux auteurs, encore assez méconnue mais qui est pourtant un petit paradis très complet et très utile : WriteControl ! Je vais vous présenter les principales fonctions du site, en essayant de rester la plus claire possible pour vous permettre de le prendre en main facilement ! C’est parti !

LE SITE : CLIQUE ICI !

1. WriteControl : Kézako ?

WriteControl est une plateforme de conception de textes. Elle a pour but de vous aider à construire votre récit des premières idées jusqu’à la réécriture finale. Le site est totalement sécurisé et permet la création d’un jardin secret personnel et invisible aux yeux des autres, où vous pourrez littéralement tout faire grâce à un panel de fonctionnalités impressionnantes.

Petit point qui peut être négatif, le site n’est disponible qu’en ligne…

Voir l’article original 1 081 mots de plus

Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer – Henrik Lange

La recette du succès !

22h05 rue des Dames

Le succès des romans des pays du froid n’est plus à démontrer. Les auteurs suédois comme Stieg Larsson, Ake Edwardson, Hening Mankell ou Camilla Läckberg ont trouvé leur place dans les étagères de toutes les libraires. Mais qu’est-ce qu’il fait leur succès ?

Voir l’article original 361 mots de plus

10 pistes pour mieux supporter la critique

Stéphane ARNIER

« Hum, ça fait du bien là où ça fait mal…
– Tu es devenu masochiste ?
– Pas trop le choix : je suis auteur. »


À moins de n’écrire que pour soi-même et de ne jamais exposer nos textes aux regards des autres, nous autres auteurs avons une activité publique. Cela signifie qu’il faut s’attendre à avoir des retours sur les histoires que nous publions, et malheureusement certains de ces retours peuvent être moins enthousiastes que ceux escomptés. Oh, bien sûr, « la critique est utile ». Tout le monde sait ça. Cela ne l’empêche pas de faire mal.

Petit guide de survie à l’attention des auteurs qui souhaitent le rester.

Pourquoi la critique fait-elle mal ?

Il y a, je le pense, de profondes raisons culturelles et sociales. Combien de fois, dans la vraie vie, taisons-nous des reproches à des amis ou de la famille, afin d’éviter les conflits ? Oncle Roger…

Voir l’article original 922 mots de plus

Comment fonctionne le monde du livre

A lire de toute urgence !

Mélanie De Coster

La polémique soulevée par la décision de Samantha Bailly, dont j’ai parlé dans mon dernier article, ne constitue finalement qu’un tout petit pan de ce qui se passe actuellement dans le monde du livre. Certaines remarques, lues ici et là, m’ont décidée à faire mon petit retour sur le sujet, du point de vue d’une autrice. Nous allons parler de constats, de faits… Et peut-être de pistes à suivre.

monde du livre.png

1. Un auteur, ça doit manger aussi

Ça, c’est le constat numéro 1. Il m’est venu après avoir lu, dans les commentaires de certains articles de blogs ou de réseaux sociaux, que des gens s’offusquaient que les auteurs n’écrivent plus juste pour célébrer la gloire de l’imaginaire, mais aussi pour gagner de l’argent. Ce qui les transformait en vilains capitalistes.

Capture d_écran 2018-10-16 à 11.58.19

Soit.

Gagner de l’argent, ce serait donc mal. Et après tout, il y a peut-être du second degré dans ce…

Voir l’article original 1 273 mots de plus

50 incipits en quête de romans

J’incipite, tu incipites, il incipite… 2 le retour.

Le Fictiologue

blog le petit plus

En complément à mon récent billet sur les incipits, les premières phrases des livres, voici un exercice auquel je me suis livré il y a quelques années: les incipits de cinquante romans que je n’écrirai jamais. Sentez-vous libre d’y ajouter les vôtres.

Je ne dirais pas que je suis un Juif errant, juste un Juif un peu égaré.

Elle avait toujours détesté la danse moderne, mais ça, elle aimait bien.

C’est en sentant le premier flocon l’effleurer que le petit Corse comprit enfin que c’était vraiment la Guerre.

« Bientôt tu t’éloigneras de moi, tu m’indifféreras et même tu me dégoûteras », lui dit-il, mais elle n’écoutait rien.

Voici une histoire de ma foule.

A genou dans une flaque de pisse à chercher une de ses dents – la fin de soirée à Brest lui évoquait le bagne de Cayenne.

Plus que quelques jours et cette maison n’existera plus, avec tout ce…

Voir l’article original 801 mots de plus

Les 10 pires clichés de la fantasy

Le Fictiologue

blog clichés couverture

Pour un genre littéraire axé sur l’imaginaire, et malgré tout l’émerveillement qu’elle peut prodiguer à travers ses plus belles réussites, la fantasy a parfois tendance à bégayer et à abuser de quelques vieilles recettes qui ont (trop) bien marché. Petit passage en revue (plein de mauvaise foi) des dix trucs que l’on n’a plus jamais, jamais envie de trouver au cours de nos lectures.

L’Élu

blog liste 1

A la base, c’est le roi des losers : un garçon de ferme, un orphelin, malmené par sa famille et méprisé par tout le monde, que personne ne connaît et qui ne sait rien faire. Ce gars-là ? A tous les coups, à la fin du roman (ou du cinquième ou sixième tome de la saga, c’est selon) il aura triomphé des forces du mal et épousé la princesse (on en viendrait presque à se demander si les auteurs de fantasy n’ont pas quelques frustrations à évacuer).

Voir l’article original 1 903 mots de plus

L’incipit

J’incipite, tu incipites, il incipite…

Le Fictiologue

blog incipit

Vous êtes prévenus : si vous la lisez jusqu’au bout, cette chronique pourrait tout changer.

Un roman, c’est une construction de l’esprit qui contient toute une quantité de phrases. Et parmi ces phrases, ne serait-ce que par un inexplicable concours de circonstances, l’une d’entre elles est fatalement la première.

La première phrase d’un roman, c’est ce que les gens cultivés et les pédants appellent un « incipit », du latin incipio, qui signifie « commencer. » Ne soyons pas plus pédants qu’eux, d’ailleurs : le terme peut très bien s’étendre aux quelques phrases qui suivent, même si on peut considérer que la toute première, la phrase-seuil, est celle qui a le plus d’impact, et que l’importance des suivantes s’estompe progressivement.

Et pourquoi est-elle importante, cette phrase initiale ? Pourquoi mérite-t-elle une attention particulière ? Pourquoi vaut-elle la peine que vous la soigniez, quitte à l’écrire en dernier, avec tout le roman en tête ? Parce qu’on n’a qu’une seule…

Voir l’article original 2 018 mots de plus

Brésil : Les indiens Guaranis, fils de la forêt et défenseurs de la forêt amazonienne (Vidéos)

Triste réalité…

Leur nombre est peut-être restreint et leurs moyens limités, mais les indiens guaranis n’ont pas dit leur dernier mot face aux lobbies.

 

Au Brésil, les indiens de la tribu guarani ne s’élèvent plus qu’à 50 000 individus, répartis dans 7 régions du pays. France Ô revient sur le combat d’une vie, celui de leur lutte pour la préservation d’un mode de vie ancestral. L’histoire du pot de terre contre le pot de fer des lobbies de l’agro-business.

Lire la suite

Réaliser la couverture de son roman

À vos couvertures !

Robert G. Forge

Ca y est, vous avez écrit votre roman. Il est prêt à être jeté en pâture aux lecteurs de tout poils, qu’ils soient gentils… (grosse voix rauque) OU MECHANTS !

Peut-être même que mes petits trucs vous ont aidé à écrire votre livre :
Mes outils pour écrire un roman
Comment j’organise mes histoires

Maintenant, si vous êtes écrivain auto-édité, il y a de forte chance pour que vous réalisiez vous-même la couverture de ce roman. Je vous propose donc une exploration du monde des « covers » et un rapide tour d’horizon des outils disponibles en ligne pour vous aider à les concevoir.

Faire la couverture de son livre

constitution-dune-couverture-de-livre Crédit illustration globe-reporters.com

Tout d’abord, on ne dit pas couverture, mais première de couverture ou 1ère de couv si on veut faire pro. C’est la page qui contient la jolie illustration avec le titre et qui donne envie de lire le…

Voir l’article original 3 451 mots de plus

Être un bon bêta-lecteur

Être bêta-lecteur ne s’improvise pas!

Stéphane ARNIER

« Je me demande si je suis un bon bêta-lecteur.
— Un bon lecteur, je ne sais pas. Mais… »


Dans l’article Réussir sa phase de bêta-lecture, je donnais des conseils aux auteurs pour organiser la bêta-lecture de leurs livres et en tirer le meilleur parti. Mais sur mon dernier roman, via les messages de mes relecteurs, j’ai réalisé à quel point les personnes doutent de ce qu’elles sont censées dire et de comment elles doivent le faire. Comme je passe moi-même beaucoup de temps en bêta-lecture pour d’autres comparses auteurs, j’ai appris deux ou trois trucs sur le sujet. Voici ce que j’en ai retiré.

Les bêta-lecteurs ont souvent peur :
1) de mal faire (à savoir faire remonter des problèmes qui n’en sont pas et ainsi faire perdre leur temps à l’auteur) ;
2) de blesser l’auteur via leurs critiques.

Voici de quoi esquiver ces deux écueils tout en…

Voir l’article original 1 453 mots de plus