Un goût de cannelle et d’espoir

Un_gout_de_cannelle_et_d_espoirAuteur : Sarah McCoy ( États-Unis )

Biographie : Fille de militaire, Sarah McCoy a déménagé toute son enfance au gré des affectations de son père. Elle a ainsi vécu en Allemagne, où elle a souvent séjourné depuis. Résidant actuellement à El Paso, au Texas, elle y donne des cours d’écriture à l’université tout en se consacrant à la rédaction de ses romans. Un goût de cannelle et d’espoir est son premier ouvrage publié en France.

Présentation: Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l’armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d’insouciance. Jusqu’à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps… Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d’une pâtisserie allemande, celle d’Elsie… Et le reportage qu’elle prépare n’est rien en comparaison de la leçon de vie qu’elle s’apprête à recevoir.

Mon avis : Me voilà de nouveau plongée en pleine Allemagne nazie. Après la lecture de « Le Goût sucré des souvenirs » de Beate Teresa Hanika qui malheureusement ne m’aura pas marquée et m’aura laissé un goût amer, j’entamais donc ce roman de Sarah McCoy. Je tiens à préciser que le choix de ces deux romans s’est fait complètement au hasard, et comme je ne lis pas les quatrième de couverture, j’ai été surprise de découvrir leurs univers si proches. Mais passons, la comparaison s’arrête là. Il est encore question cette fois-ci de retours en arrière, de changement de pays, mais pas de confusion possible ici puisque chaque chapitre commence avec une date et un lieu (merci Sarah McCoy  !). Le personnage d’Elsie est particulièrement attachant et c’est avec un immense plaisir que nous la suivons en pleine Allemagne nazie alors qu’elle commence à se questionner sur le bien fondé des théories hitlériennes. L’ennemi n’est visiblement pas celui que l’on veut faire croire. Et puis il y a Reba qui soixante ans plus tard affronte elle aussi ses démons et qui grâce à Elsie et ses délicieuses recettes, va entamer sa guérison. J’avoue avoir pleuré comme une Madeleine ( pas seulement versé quelques larmounettes…) et c’est avec un pincement au cœur que j’ai refermé ce roman. Et pour finir en beauté, Sarah McCoy termine son ouvrage par une sélection de recettes allemandes les plus alléchantes les unes que les autres ! Que du bonheur vous dis-je !

Une réflexion sur “Un goût de cannelle et d’espoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s