En attendant Bojangles

BojanglesAuteur : Olivier Bourdeaut ( France )

Biographie : Olivier Bourdeaut est né au bord de l’Océan Atlantique en 1980. L’Education Nationale, refusant de comprendre ce qu’il voulait apprendre, lui rendit très vite sa liberté. Dès lors, grâce à l’absence lumineuse de télévision chez lui, il put lire beaucoup et rêvasser énormément. Durant dix ans, il travailla dans l’immobilier, allant de fiascos en échecs, avec un enthousiasme constant. Puis, pendant deux ans, il devint responsable d’une agence d’experts en plomb, responsable d’une assistante plus diplômée que lui et responsable de chasseurs de termites, mais les insectes achevèrent de ronger sa responsabilité. Il fut aussi ouvreur de robinets dans un hôpital, factotum dans une maison d’édition de livres scolaires – un comble – et cueilleur de fleur de sel de Guérande au Croisic, entre autres. Il a toujours voulu écrire, « En attendant Bojangles » en est la première preuve disponible. Paru en janvier 2016, le roman a reçu le prix du Roman des étudiants France Culture – Télérama, le Grand Prix RTL-Lire, le prix Emmanuel-Roblès et le Prix France Télévision.

Présentation: Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

Mon avis : Quelle belle surprise que ce premier roman ! Je n’ai pas pour habitude de lire les quatrièmes de couverture, encore moins les avis, ce fut donc dans la plus pure innocence que je me plongeais dans la lecture de « En attendant Bojangles ». Je suis tout de suite tombée sous le charme de cette famille dont le seul crédo est s’amuser et prendre la vie à la légère ! Imaginez-vous ne pas avoir besoin d’aller à l’école ! Posséder un château en Espagne ! Avoir une mère dont le prénom change tous les jours… Mais voilà, tout cela était trop beau pour durer, une ombre plane au-dessus du quatuor ( et oui, il ne faut pas oublier Mademoiselle Superfétatoire)  et menace leur bonheur. « En attendant Bojangles » est une merveilleuse histoire d’amour ( un amour fou dans tous les sens du terme), celle d’un mari pour sa femme, d’une mère pour son fils, d’un enfant pour ses parents. C’est triste et c’est extrêmement beau. Bravo et merci à Olivier Bourdeaut pour cet excellent roman !

12 réflexions sur “En attendant Bojangles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s