Le goût sucré des souvenirs

CVT_Le-gout-sucre-des-souvenirs_8587Auteur : Beate Teresa Hanika ( Allemagne )

Biographie : Beate Teresa Hanika est photographe et écrivain. De 1997 à 2001, elle travaille comme modèle, puis elle se tourne vers la photographie. Le cri du Petit Chaperon rouge, son premier roman, unanimement salué par la critique littéraire, a reçu le Prix du Livre Jeunesse de la ville de Oldenbourg ainsi que le prix consacré à l’encouragement des jeunes artistes de l’État de Bavière.

 

 

Présentation: Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au coeur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot, tous confectionnés avec sa mère. Véritable madeleine de Proust, la confiture sucrée la replonge immanquablement dans son passé de jeune fille juive dans la Vienne nazie : son quotidien d’abord faste et luxueux, ses grandes soeurs qu’elles jalousaient secrètement, la voix de sa mère lorsque celle-ci chantait. Et puis l’arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte de repères. Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. D’autant plus que Pola lutte, elle aussi, contre ses propres démons. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu’elles ne l’auraient imaginé.

Mon avis : Je vais vous délivrer un avis dont je ne suis pas très fière ! En effet, j’ai entamé la lecture de ce roman il y a de cela plusieurs semaines, et, pour ne pas changer, je n’ai pas résisté à l’envie de me plonger dans un autre roman en même temps, en l’occurrence Millénium 4. Deux romans aux styles complètement différents, j’ai fini par être happé par les aventures de Lisbeth Salander et ai momentanément délaissé celles de Elisabetta Shapiro. Conclusion: j’avoue m’être un peu perdue dans le style de Beate Teresa Hanika. Les nombreux sauts dans le temps ne sont pas faciles à suivre, j’ai dû revenir en arrière à plusieurs reprises et certains passages sont restés plutôt obscurs. Je ne m’avoue pas vaincu pour autant: je relirai « Le goût sucré des souvenirs » à l’occasion, j’ai vraiment l’impression d’être passée à côté de quelque chose !

4 réflexions sur “Le goût sucré des souvenirs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s