Le petit copain

Petit copainAuteur : Donna Tartt (Etats-Unis)

Biographie : Donna Tartt écrit ses premières histoires dès l’âge de 5 ans et est publiée pour la première fois à l’âge de 13 ans dans une revue littéraire. Son roman « Le Maître des illusions », vendu à plus de cinq millions d’exemplaires, a reçu le Prix des libraires du Québec. Dix ans après Donna Tartt publie son deuxième roman: Le Petit Copain. Bien que critiqué par certains des lecteurs du premier roman, « Le Petit copain » reste dans le style extrêmement précis et descriptif des personnalités développées par la romancière. Onze ans plus tard elle récidive avec « Le Chardonneret » qui obtient le prix Pulitzer de la fiction.

Présentation : Dans une petite ville du Mississipi, Harriet Cleve Dufresnes grandit dans l’ombre de son frère. Quand elle était encore bébé, celui-ci a été retrouvé mort, pendu à un arbre du jardin. Son meurtrier n’a jamais été identifié et, malgré les années, la famille ne s’est jamais remise de cette tragédie. Pour Harriet qui, le plus souvent livrée à elle-même, vit dans un monde imaginaire, son frère représente un lien avec un glorieux passé qu’elle connaît seulement par des récits et par les photographies entrevues dans des albums. Farouchement déterminée, d’une précocité remarquable pour ses douze ans, et imprégnée de la littérature d’aventures de Stevenson, Kipling et Conan Doyle, elle décide un été de trouver l’assassin et d’exercer sa vengeance. Son unique allié dans cette quête, son copain Hely, lui est dévoué.

Mon avis : Encore une fois je mets la charrue avant les bœufs (c’est ma spécialité), et découvre l’œuvre de Donna Tart à travers son deuxième roman. Celui-ci fut pas mal critiqué, puisque comparé au premier, Le Maître des Illusions, considéré comme un chef d’œuvre. Ne l’ayant pas lu, c’est avec un immense bonheur que je me suis plongée dans l’univers de cette auteure. Le personnage d’Harriet est extrêmement touchant et sa révolte, son désir de vengeance m’a profondément émue, ayant été moi-même confrontée à une expérience très proche de la sienne. Comment survivre à la mort d’un être cher dans des circonstances si horribles ? Harriet est livrée à elle-même, entre un père qui a pris la fuite, et sa mère et sa sœur qui ont sombré dans le chagrin. Heureusement elle peut compter avec l’aide de Hely, prêt à tout pour lui venir en aide. Et puis il y a le clan des Ratliff, une bande de dégénérés. Leurs chemins vont se croiser de la pire des façons possibles. Harriet a décidé de venger la mort de son frère et rien ne saurait l’arrêter. L’atmosphère moite du Mississippi est palpable, envoûtante. J’ai hâte de me plonger dans d’autres récits de Donna Tartt, celui-ci m’ayant conquise.

3 réflexions sur “Le petit copain

  1. J’avais adoré « Le maître des illusions » et j’ai « Le chardonneret » dans ma PAL depuis un certain temps… Merci pour cette présentation qui me rappelle que j’aime bien le style de cette écrivaine!

  2. Pingback: Les maître des illusions | kirsteen duval

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s