Sentinelle de la pluie

sentinelle de la pluieAuteur : Tatiana de Rosnay ( France )

Biographie : Née de mère britannique et de père français d’origine russe, Tatiana de Rosnay a vécu à Paris, où elle étudie à l’École active bilingue Jeannine-Manuel, Boston et enfin en Angleterre. Elle a fait ses études à l’Université d’East Anglia. De retour à Paris en 1984, elle est attachée de presse, puis journaliste pour Elle et critique littéraire pour Psychologies magazine. Depuis 1992, Tatiana de Rosnay publie des romans en français et en anglais. Elle a aussi collaboré à la série « Affaires familiales » pour laquelle elle a écrit deux épisodes avec le scénariste Pierre­-Yves Lebert. Son premier succès vient avec son roman de 2006, « Elle s’appelait Sarah » (Prix Chronos, Prix des lecteurs de Corse et Prix des lecteurs-choix des libraires du Livre de Poche) qui sera adapté au cinéma avec Kristin Scott Thomas en 2010. En 2009, Tatiana de Rosnay publie son neuvième roman, le deuxième écrit en anglais, « Boomerang » et publie la biographie de Daphné du Maurier, « Manderley for ever », en 2015.

Présentation: La famille Malegarde est réunie à Paris pour fêter les 70 ans de Paul, le père, arboriste de renommée internationale. Sa femme Lauren prépare l’événement depuis deux ans, alors qu’importe les pluies diluviennes qui s’abattent sur la Ville Lumière et contrarient les retrouvailles. Mais Linden, le fils cadet, photographe charismatique, pressent que la redoutable crue de la Seine n’est pas la plus grande menace qui pèse sur l’unité de sa famille. Les secrets enfouis déferlent sous le ciel transpercé par les flots…

Mon avis : De Tatiana de Rosnay j’avais lu Boomerang il y a de cela plusieurs années. J’ai entamé la lecture de Sentinelle de la pluie peu avant le début du confinement, dans des trains bondés, et j’avoue que l’atmosphère anxiogène qui régnait alors était en tout point en phase avec les passages se déroulant à Paris pendant la crue de la Seine. La famille Malegarde est prise au piège et doit faire face au chaos ambiant, en même temps qu’elle affronte ses propres tourments. Des secrets vont être dévoilés, des paroles vont exorciser des peurs. J’ai trouvé le personnage de Linden particulièrement attachant, mais j’ai eu un peu de mal avec d’autres, un peu caricaturaux. L’auteure a en tout cas piqué ma curiosité et je n’ai pu m’empêcher de me procurer L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono auquel l’auteure fait référence dans son roman.

3 réflexions sur “Sentinelle de la pluie

    • Si la conjoncture et l’atmosphère n’avaient pas été celles qu’elles étaient (veille du début du confinement), j’aurais été moins sensible à cette lecture et peut-être plus critique 😉

      • Ah sans doute ! 😉 L’ambiance de confinement m’a effectivement marquée dans ce livre même si le reste n’était pas vraiment à la hauteur…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s