Comme au cinéma

comme au cinémaAuteur : Hannelore Cayre ( France )

Biographie : Hannelore Cayre est une romancière, scénariste et réalisatrice, mais elle est également avocate à la cour d’appel de Paris en tant que pénaliste et collabore à la Revue XXI et travaille dans son cabinet d’avocate qu’elle partage avec son mari. Entre 2004 et 2007, avec trois formidables polars, « Commis d’office » (2004, prix Polar derrière les murs 2005), « Toiles de maître » (2005) et « Ground XO » (2007), elle a conté les aventures de Christophe Leibowitz, avocat bas de gamme et rebelle, embarqué dans des affaires toujours louches. Réalisatrice de courts métrages, en 2009, Hannelore Cayre a réalisé son premier long, « Commis d’office », d’après son roman de même titre, avec Roschdy Zem. En 2017, elle publie « La Daronne » qui obtient le prix « Le Point » du polar européen et le Grand Prix de littérature policière.

Présentation: Parfois dans une société organisée il arrive que des mondes se télescopent… Le flamboyant Étienne Marsant a été une immense star avant son infarctus. Aujourd’hui il ne boit plus, ne fume plus, ne tourne plus, il s’ennuie et accepte de présider un festival de cinéma de seconde zone à Colombey-les-Deux-Églises. Tout près, à Chaumont, s’ouvre le procès d’Abdelkader Fournier, un petit voyou qui a cambriolé une douzaine de succursales bancaires armé d’un faux revolver et de beaucoup de fair-play. Le terrible président de la cour d’assises surnommé le boucher de la Haute-Marne est bien décidé à le faire enfermer à perpétuité. Son avocat, ténor du barreau dépressif, rêve de raccrocher la robe. Devant l’injustice manifeste du président et son habileté à manipuler témoins et jurés, il décide de se retirer. Tous les projecteurs sont allumés, le spectacle peut commencer !

Mon avis : J’ai été complètement séduite par ce roman de Hannelore Cayre dont le style, drôle et caustique, est un vrai régal ! L’auteure mène son histoire tambour battant, sans temps morts. J’adore les plaidoiries et là, j’ai été servie ! La galerie de personnages est drôle à souhait (j’ai particulièrement aimée les analyses psychologiques des jurés faites par Mme Bloyé, une véritable profileuse ! ). Les états d’âme du pauvre Jean Bloyé, d’un autre côté, sont touchantes et prêtent à réfléchir sur la société dans laquelle nous évoluons. En résumé, j’ai passé un très agréable moment et j’ai hâte de me replonger dans un roman de l’auteure !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s