Être un bon bêta-lecteur

Être bêta-lecteur ne s’improvise pas!

Stéphane ARNIER

« Je me demande si je suis un bon bêta-lecteur.
— Un bon lecteur, je ne sais pas. Mais… »


Dans l’article Réussir sa phase de bêta-lecture, je donnais des conseils aux auteurs pour organiser la bêta-lecture de leurs livres et en tirer le meilleur parti. Mais sur mon dernier roman, via les messages de mes relecteurs, j’ai réalisé à quel point les personnes doutent de ce qu’elles sont censées dire et de comment elles doivent le faire. Comme je passe moi-même beaucoup de temps en bêta-lecture pour d’autres comparses auteurs, j’ai appris deux ou trois trucs sur le sujet. Voici ce que j’en ai retiré.

Les bêta-lecteurs ont souvent peur :
1) de mal faire (à savoir faire remonter des problèmes qui n’en sont pas et ainsi faire perdre leur temps à l’auteur) ;
2) de blesser l’auteur via leurs critiques.

Voici de quoi esquiver ces deux écueils tout en…

View original post 1 453 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s