Prière d’achever

priere d acheverAuteur : John Connolly ( Irlande )

Biographie : John Connolly est surtout connu pour sa série de romans mettant en vedette le détective privé Charlie Parker. Après avoir obtenu un Baccalauréat en arts d’anglais au Trinity College de Dublin et une Maîtrise en arts de journalisme à l’Université de Dublin, il travaille pendant cinq ans comme journaliste pigiste pour le journal The Irish Times. Il devient rapidement frustré par la profession, et commence à écrire « Every Dead Thing » (Tout ce qui meurt) pendant son temps libre qui obtient un Shamus Award – Best First Private Eye Novel.

 

Présentation: M. Berger est un écrivain tranquille et solitaire. Installé depuis peu à la campagne, il est témoin de la chute d’une femme sous un train. Quelques jours plus tard, la même personne se jette sur les rails. Déstabilisé, il décide de la suivre et arrive dans une librairie tenue par un vieil érudit.

Mon avis : Quelle merveilleuse découverte que ce roman, et celle également de l’auteur que je ne connaissais pas encore. Lu en à peine 1h30, j’ai été transportée par l’écriture de John Connolly. Les romans de cet auteur, pour ce que j’en ai lu sur le net, son très sombres et glauques. Ici, pas question de meurtre, de traque policière, mais un très bel hommage à la littérature et à l’attachement que nous lecteurs, pouvons développer vis à vis des protagonistes de romans. Si la vie de M. Berger est on ne peut plus monotone, j’avoue m’être reconnue dans pas mal de ses manies (je ne dirai pas lesquelles !!) et je me suis très vite attachée à ce personnage. Entre roman policier et conte fantastique, John Connolly nous emmène dans une monde parallèle (je n’en dirai pas plus de façon à ne pas spoiler la trame, plutôt originale d’ailleurs ). Gare à vous: une fois entamé, vous ne pourrez plus le lâcher (prévoyez donc vos activités en fonction, O.K.?). Mon seul regret: la brièveté de ce roman, mais c’est bien connu, toute les bonnes choses ont une fin.

Une fois n’est pas coutume, voici un extrait qui m’a particulièrement marquée:

 » J’ai remarqué que ce bâtiment paraît beaucoup plus grand à l’intérieur que de l’extérieur.
Ah, c’est amusant, répondit M. Gedeon. L’apparence extérieure de la bibliothèque n’a pas beaucoup d’importance […]. Je me suis souvent interrogé à ce sujet, et je crois que j’ai trouvé une sorte d’explication. Ce phénomène est la conséquence naturelle de la capacité d’une librairie ou d’une bibliothèque à contenir des mondes entiers, des univers, sous la couverture de chaque livre. Dès lors, on peut dire que chaque librairie, chaque bibliothèque occupe un espace pratiquement infini. La bibliothèque Caxton pousse cette logique à l’extrême. »

Une réflexion sur “Prière d’achever

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s