Tours et détours de la vilaine fille

tous et detoursAuteur : Mario Vargas Llosa ( Pérou )

Biographie : Mario Vargas Llosa est élevé par sa mère divorcée et ses grands-parents maternels, à Cochabamba (Bolivie), puis au Pérou. Après des études à l’Académie militaire, il épouse sa tante (la belle-sœur de son oncle maternel), Julia Urquidi. Il tirera de ce mariage la matière de « La tante Julia et le scribouillard ». Étudiant de lettres et de droit à l’université de San Marcos, puis de littérature à l’université de Madrid, il publie son premier recueil de nouvelles, « Les caïds », en 1959. Il s’installe ensuite à Paris, où il exerce diverses professions : traducteur, professeur d’espagnol, journaliste pour l’agence France-Presse. En 1963 paraît « La ville et les chiens », son premier succès littéraire, qui sera traduit en une vingtaine de langues.

Séduit par Fidel Castro et la révolution cubaine, il se rend à la Havane. Il rentre en Europe avec une nouvelle épouse, Patricia. Au début des années 70, l’auteur exprime pourtant ouvertement sa rupture avec la révolution castriste et les mouvements d’extrême-gauche. Lors de son séjour en Europe, il se lie d’amitié avec d’autres jeunes auteurs, futurs piliers du boom latino-américain. De retour au Pérou, il est candidat du Front démocratique à l’élection présidentielle péruvienne. Battu, il abandonne le Pérou, reprend ses activités littéraires et regagne Londres. La nationalité espagnole lui est accordée en 1993. Citoyen du monde, il vit entre Lima, Madrid, Londres et Paris.

 

Présentation: Que de tours et de malices chez cette « vilaine fille », toujours et tant aimée par son ami Ricardo, le « bon garçon ». Ils se rencontrent pour la première fois au début des années cinquante, en pleine adolescence, dans l’un des quartiers les plus huppés de Lima, Miraflores. Joyeux, inconscients, ils font partie d’une jeunesse dorée qui se passionne pour les rythmes du mambo et ne connaît d’autre souci que les chagrins d’amour. Rien ne laissait alors deviner que celle qu’on appelait à Miraflores « la petite Chilienne » allait devenir, quelques années plus tard, une farouche guérillera dans la Cuba de Castro, puis l’épouse d’un diplomate dans le Paris des existentialistes, ou encore une richissime aristocrate dans le swinging London. D’une époque, d’un pays à l’autre, Ricardo la suit et la poursuit, comme le plus obscur objet de son désir. Et chaque fois, il ne la retrouve que pour la perdre. Et, bien entendu, ne la perd que pour mieux la rechercher.

Mon avis : Mais qui est vraiment la vilaine fille ? Celle qui se fera appeler Lily, puis Madame Robert Arnoux, Mrs. Richardson et même Kiruko ! Quelle que soit son identité du moment, Ricardo Somocurcio nourrira toute sa vie durant une véritable passion pour celle qui n’aura de cesse de lui briser le coeur. Mario Vargas Llosa nous emmène du Pérou à Tokyo, en passant par Paris, Londres et Madrid sur une période de 40 ans. En plus de l’histoire d’amour, c’est avec un véritable plaisir que j’ai pris connaissance d’un tronçon de l’histoire du Pérou, pays voisin du Brésil où j’ai vécu pendant plus de vingt ans, mais dont j’ignore absolument tout. J’avoue ne pas avoir éprouvé d’empathie envers les deux personnages principaux (la vilaine fille est trop vilaine à mon goût, et le bon garçon trop naïf…), mais l’écriture de Mario Vargas Llosa, dont je gardais un très bon souvenir depuis la lecture de La Tante Julia et le Scribouillard, est vraiment addictive et j’ai passé un très agréable moment de lecture !

2 réflexions sur “Tours et détours de la vilaine fille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s