Le Dahlia Noir

dahlia noirAuteur : James Ellroy (États-Unis)

Biographie : Lee Earle Elroy naît à Los Angeles au sein d’un couple désuni. Six ans plus tard, sa mère divorce et le prend avec elle. Mais elle meurt, victime d’un tueur en série que l’on rapproche aujourd’hui de l’homme (ou des hommes) qui assassine Elizabeth Short, le fameux « Dahlia noir. » Pour le petit garçon, le choc est inexprimable. Il commence à errer entre le collège et la rue où il sympathise avec de petits délinquants. Ellroy s’adonne en toute quiétude à l’alcool et aux drogues. Pendant près de dix ans, il vit, dans la rue sans domicile régulier, de petits boulots, de larcins et de cambriolages. Mais sa santé se rappelle à lui sous la forme d’un abcès au poumon. Mis au pied du mur, il doit choisir et opte finalement pour un retour à la normalité. Cet adorateur des romans et des films noirs commence alors à écrire. »Le Dahlia Noir », premier volume du « Quatuor de Los Angeles », lui apporte le succès à sa parution en 1987. Roman d’une noirceur et d’une cruauté rares, « Le Dahlia noir » ressemble à une magnifique et épouvantable fleur carnivore. En reprenant l’histoire d’Elizabeth Short, Ellroy met en forme son propre cauchemar qui le poursuivait depuis l’assassinat de sa mère.

Présentation : Le 15 janvier 1947, la police de Los Angeles trouve sur un terrain vague le cadavre nu d’une femme de 22 ans, Betty Short. Le corps est sectionné en deux au niveau de la taille, vidé de ses organes et de son sang, il présente de nombreuses lacérations et brûlures, notamment aux seins, et la bouche a été ouverte d’une oreille à l’autre. La police met toutes ses forces sur ce meurtre qui, à cause de la tendance de la victime à se vêtir de noir, devient « l’affaire Dahlia noir. » Elle va faire la une du Herald Express pendant douze semaines. Inspiré d’un fait divers, le premier volet du Quatuor de Los Angeles a consacré James Ellroy auprès du public français. Suivront Le Grand Nulle Part, L.A Confidential et White Jazz. Nicolas Mesplède

Mon avis : Je découvre James Ellroy à travers ce roman on ne peut plus noir, et je ne suis pas déçue du voyage ! Le personnage de Bucky Bleichert est d’emblée extrêmement attachant et sa descente aux enfers dans sa poursuite de l’assassin de celle que l’on surnomma le Dahlia Noir, touchante. James Ellroy a développé une obsession pour le meurtre de cette jeune femme et l’écriture de ce roman fut sans aucun doute une façon pour lui de chasser ses propres démons. La post face est particulièrement émouvante, James Ellroy nous y parle de sa mère, de sa tragique disparition, de l’absence de son père, de ses années d’errance et de sa résurrection. Voici un roman extrêmement cruel et poignant que je recommande aux amateurs du genre.

10 réflexions sur “Le Dahlia Noir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s