Belle-Amie

Belle-AmieAuteur : Harold Cobert ( France )

Biographie : Harold Cobert, petit fils de Roger Lafosse (1927-2011) créateur du festival SIGMA, se met à écrire alors qu’il poursuit des études littéraires. Titulaire d’un doctorat ès lettres, il publie aux éditions Séguier une série d’ouvrages consacrée à Mirabeau intitulée « Mirabeau, le fantôme du Panthéon ». En 2007 paraît « Le Reniement de Patrick Treboc », aux éditions Jean-Claude Lattès, son premier roman, qui raconte le destin d’un jeune professeur intègre, criminel par accident, libéré de prison grâce à une émission de télé-réalité qu’il a lui-même inventée. En mai 2009 paraît « Un hiver avec Baudelaire » aux éditions Héloïse d’Ormesson. En 2010 paraît « L’Entrevue de Saint-Cloud » qui a reçu le Prix du Style 2010 et qui fait partie de la « Sélection Cultura Jeunes Talents 2010-2011 » et de la première sélection du Prix des Libraires. Il écrit sous le pseudonyme d’Arsène Lutin: Arsène étant le prénom de son fils, Lutin car il est « le lutin de Tatiana de Rosnay ».

Présentation: Que diriez-vous de découvrir la suite de la formidable destinée et de l’irrésistible ascension de Georges Duroy, le héros de Bel-Ami de Maupassant ? Va-t-il se lancer en politique comme le suggère la fin du roman ? Si oui, à quel niveau de pouvoir va-t-il réussir à se hisser ? Et surtout, à quel prix ? Après s’être immergé dans l’écriture du maître, Harold Cobert esquisse ici une variation sur une suite possible du chef-d’œuvre de Maupassant qui n’est pas sans nous rappeler une vengeance à la Monte-Cristo. En nous entraînant dans les combats politiques de la fin du XIXe siècle et dans les coulisses de l’Assemblée nationale, il propose une vision cruelle de la collusion entre journalisme, politique et finance. Un étrange miroir de notre époque.

Mon avis :  Quel bel hommage que celui rendu par Harold Cobert à Maupassant à travers son roman Belle-Amie. J’ai ressorti à l’occasion de ma bibliothèque Bel-Ami dont j’ai relu quelques passages histoire de me replonger dans l’ambiance et l’illusion est parfaite. Harold Colbert réussit une prouesse, celle de redonner vie aux personnages de Maupassant et d’imaginer une suite à leurs aventures. Les femmes ont la part belle cette fois-ci, et si c’est grâce à elles que Georges Duroy s’est hissé jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir, c’est elles encore qui précipiteront sa chute. Si vous avez aimé Bel-Ami, vous adorerez Belle-Amie ! Je profite de l’occasion pour vous recommander également la lecture du roman de Eça de Queiros « Le cousin Bazilio », paru quelques années avant Bel-Ami et qui retrace les frasques d’un dandy sans scrupules qui n’est pas sans rappeler Georges Duroy.

 

4 réflexions sur “Belle-Amie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s