Le Grand Nulle Part

le grand nulle partAuteur : James Ellroy ( États-Unis )

Biographie : Lee Earle Elroy naît à Los Angeles, ville tour à tour bien-aimée et haïe, le 4 mars 1948, au sein d’un couple désuni. Six ans plus tard, sa mère divorce et le prend avec elle. Mais elle meurt, victime d’un tueur en série que l’on rapproche aujourd’hui de l’homme (ou des hommes) qui assassine Elizabeth Short, le fameux « Dahlia noir. » Pour le petit garçon, le choc est inexprimable. Il commence à errer entre le collège et la rue où il sympathise avec de petits délinquants. Ellroy s’adonne en toute quiétude à l’alcool et aux drogues. Pendant près de dix ans, il vit, dans la rue sans domicile régulier, de petits boulots, de larcins et de cambriolages. Mais sa santé se rappelle à lui sous la forme d’un abcès au poumon. Mis au pied du mur, il doit choisir et opte finalement pour un retour à la normalité. Cet adorateur des romans et des films noirs commence alors à écrire. »Le Dahlia Noir », premier volume du « Quatuor de Los Angeles », lui apporte le succès à sa parution en 1987. Par la suite, Ellroy, publie les trois autres volets de sa tétralogie sur le Los Angeles des années 40-50 : « Le Grand Nulle Part », « L.A. Confidential » et « White Jazz ».

Présentation: Le Grand Nulle Part commence la nuit du premier de l’an 1950 et met en scène trois destins parallèles de policiers. L’inspecteur adjoint Danny Upshaw enquête sur une série de meurtres sexuels avec mutilations. Le lieutenant de la criminelle, Mal Considine, accepte de servir l’ambition d’un aspirant-procureur en participant à un dossier sur l’influence communiste à Hollywood. Buzz Meeks, homme de main, ex-flic des narcotiques et pourvoyeur de chair fraîche pour Howard Hughes, se joint à la lutte contre « la menace rouge » pour l’argent et le pouvoir. Sans le savoir, les trois hommes ont acheté un billet pour l’enfer.

Mon avis : Corruption, perversions, et chasse aux sorcières sur fond d’enquête sur des assassinats commis par un serial killer, voilà ce qui vous attend si vous prenez la décision de vous attaquer au deuxième volume de la tétralogie que James Ellroy a consacré à la ville de Los Angeles. C’est noir, choquant, autant vous dire qu’il vaut mieux avoir le cœur bien accroché pour venir à bout de cet opus. Petit bémol, j’avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, le début est assez fastidieux, notamment du fait des très nombreux personnages, je me suis un peu emmêlée les pinceaux par moments.  A noter qu’il n’est pas nécessaire de lire le Dahlia Noir avant de se lancer dans Le Grand Nulle Part, mais je pense sincèrement que ce serait dommage de brûler cette étape, le premier volet de la tétralogie abordant un triste fait divers qui pour des raisons très personnelles, a marqué profondément l’auteur.

2 réflexions sur “Le Grand Nulle Part

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s