Les frères Sisters

frères Sisters.jpgAuteur : Patrick deWitt ( Canada )

Biographie : Patrick DeWitt publie son premier roman,  » Ablutions » en 2009. Il reçoit le prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langue anglaise 2011 et le prix des libraires du Québec en 2013 pour « Les frères Sisters » (The Sisters Brothers), son deuxième livre, paru en 2011. Son roman a également figuré dans la sélection du Man Booker Prize 2012, la plus haute distinction littéraire au Royaume-Uni. Il a été adapté au cinéma en 2018 et réalisé par Jacques Audiard avec Joaquin Phoenix et Jake Gyllenhaal.

 

Présentation: Oregon, 1851. Eli et Charlie Sisters, redoutable tandem de tueurs professionnels aux tempéraments radicalement opposés mais d’égale (et sinistre) réputation, chevauchent vers Sacramento, Californie, dans le but de mettre fin, sur ordre du « Commodore », leur employeur, aux jours d’un chercheur d’or du nom de Hermann Kermit Warm. Tandis que Charlie galope sans états d’âme – mais non sans eau-de-vie – vers le crime, Eli ne cesse de s’interroger sur les inconvénients de la fraternité et sur la pertinence de la funeste activité à laquelle lui et Charlie s’adonnent au fil de rencontres aussi insolites que belliqueuses avec toutes sortes d’individus patibulaires et de visionnaires qui hantent l’Amérique de la Ruée vers l’or.

Mon avis : Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en entamant ce roman, n’ayant pas pris le temps de lire la quatrième de couverture, mais l’image de l’affiche du film à l’esprit, celle de deux cowboys chevauchant leurs montures, un bâtiment en feu en arrière plan. Voilà un tandem des plus insolites. Bien que frères, Eli et Charlie diffèrent à tous points de vue. Alors que Charlie zigouille ses victimes sans état d’âme, Eli lui s’interroge, et n’hésite pas à distribuer ses gains à de pauvres êtres qui ne manquent pas de croiser le chemin des deux tueurs. Les chapitres sont très courts, et le récit ressemble à une sorte de journal intime, celui de Eli, le narrateur. Le thème méritait tout de même un traitement plus sombre. Autre petit bémol: j’ai trouvé le langage de Eli un peu trop châtié, mais bon, ce n’est que mon humble opinion ! J’ai passé un très bon moment en compagnie des frères Sisters et je suis curieuse de visionner l’adaptation cinématographique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s