1Q84

murakamiAuteur : Haruki Murakami  (Japon)

Biographie : Enfant unique et fils d’un professeur de littérature au college, H. Murakami passa son enfance entre les livres et les chats (figures récurrentes de son oeuvre). Il étudie la tragédie grecque à l’université de Waseda puis ouvre un club de jazz à Tokyo – le Peter Cat, de 1974 à1981 – avant de se consacrer à l’écriture. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s’expatrie en Grèce, en Italie, puis aux États-Unis, en 1991, où il enseigne la littérature japonaise à l’Université de Princeton pendant quatre ans. En 1995, après le tremblement de terre de Kobe et l’attentat du métro de Tokyo, il décide de rentrer au Japon. Traducteur de Scott Fitzgerald et Raymond Carver, il rencontre le succès dès son premier roman, « Écoute le chant du vent » (1979), qui reçoit le prix Gunzo. Puis il écrit : « Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil » (1992), « Chroniques de l’oiseau à ressort » (1994-1995), « Les Amants du Spoutnik » (1999). « Kafka sur le rivage » (2002) inscrit définitivement Murakami parmi les grands écrivains japonais. Après le succès de la trilogie « 1Q84 », Murakami revient en 2014 avec un livre plus « réaliste », nostalgique et grave « L’Incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinages ». L’œuvre d’Haruki Murakami oscille entre la pensée bouddhiste qui voit des répercussions à nos actions sur une échelle plus large et la chronique sociale dans un cadre fantastique.

Présentation : Au Japon, en 1984.
C’est l’histoire de deux mondes, celui réel de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu’ils avaient dix ans. A l’époque, les autres enfants se moquaient d’Aomamé à cause de son prénom, « Haricot de soja », et de l’appartenance de ses parents à la nouvelle religion des Témoins. Un jour, Tengo l’a défendue et Aomamé lui a serré la main. Un pacte secret conclu entre deux enfants, le signe d’un amour pur dont ils auront toujours la nostalgie. En 1984, chacun mène sa vie, ses amours, ses activités. Tueuse professionnelle, Aomamé se croit investie d’une mission: exécuter les hommes qui ont fait violence aux femmes. Aomamé a aussi une particularité: la faculté innée de retenir quantité de faits, d’événements, de dates en rapport avec l’Histoire. Tengo est un génie des maths, apprenti-écrivain et nègre pour un éditeur qui lui demande de réécrire l’autobiographie d’une jeune fille échappée de la secte des Précurseurs. Il est aussi régulièrement pris de malaises lors desquels il revoit une scène dont il a été témoin à l’âge d’un an et demi. Les deux jeunes gens sont destinés à se retrouver mais où? Quand? En 1984? Dans 1Q84? Dans cette vie? Dans la mort?

Mon avis : Voici plusieurs semaines que j’ai commencé cette trilogie. J’ai alterné cette lecture avec d’autres œuvres pour des raisons pratiques, je n’avais pas tous les tomes sous la main au même temps. Encore une fois je me suis laissée embarquée par Murakami et son écriture où rêve et réalité se mêlent de façon insidieuse. Des questions, en veux-tu, en voilà! Quel est le but des Little People ? Vingt ans après, Tengo et Aomamé vont-ils se retrouver ? Quelle est la signification de la présence de deux lunes dans le ciel ? J’ai toujours beaucoup de mal avec les personnages de Murakami, il m’est impossible de m’identifier à eux, de les trouver sympathiques, de m’y attacher. L’histoire est néanmoins plaisante et bien qu’à l’issue de cette lecture, une multitudes de questions subsistent ( certains points n’ont pas été éclaircis suffisamment à mon goût et j’en ressors légèrement frustrée), j’ai plutôt apprécié cette trilogie que je recommande vivement à ceux et celles qui ne connaitraient pas encore cet auteur.

14 réflexions sur “1Q84

  1. J’ai beaucoup aimé aussi 1Q84. J’avais offert le premier volume à mon fils sans connaître l’auteur et en lisant au hasard les premières pages dans une librairie (comme je fais souvent), sans même aller jusqu’à la quatrième de couverture et donc sans savoir qu’il y avait trois tomes. Du coup je me suis senti obligé d’offrir les autres et bien sûr de les lire! J’avoue que c’est un peu un défi d’absorber ces trois volumes au rythme très lent, qu’on peut trouver ensorcelant ou carrément insupportable. Je comprends ceux qui ont jeté le livre en route. Et effectivement on peut être un peu frustré arrivé au bout de ne pas avoir les réponses posées dès les premières pages.

  2. Un commentaire tout en nuances, qui rejoint un peu mes premières impressions quant à cette trilogie. Mais je ne désespère pas de la reprendre et la finir un jour. Merci pour le partage 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s