Nouvelle aventure pour « Au premier jour »: Amarante éditions.

Embarquement immédiat pour Jersey !

Laureline Roy

28876800_1822559514443304_1104839236_o

Voila, une nouvelle page se tourne (plutôt bien vu pour un livre !)

Il y a un peu plus de deux ans naissait, sur mon ordinateur, une romance, « Au premier jour du reste de sa vie ». Un an plus tard, sur les conseils de ma plus fidèle bêta-lectrice et correctrice (et je peux vous dire qu’elle a eu du boulot), Kirsteen Duval, elle-même auteure, mon petit livre faisait ses premiers pas dans le vaste monde Amazon. Une merveilleuse année où mon bébé a dû faire ses preuves et séduire son public, et où moi, pauvre novice, j’ai appris sur le tas les rudiments de l’auto-publication…

Il y a peu, après une longue période d’hésitation, j’ai osé le soumettre à quelques maisons d’édition, et j’ai eu un coup de foudre, un 6 mars 2018 à 11 heures du matin. Oui, un vrai coup de cœur pour Nathalie Lial, la directrice éditoriale…

Voir l’article original 173 mots de plus

Petit guide sans prétention :D à l’attention des nouveaux auteurs

Des conseils et astuces à mettre en pratique de toute urgence!

Bonjour,

Avec une amie chroniqueuse et correctrice Stéphanie Halan (Le phare littéraire), nous avons pu constater l’arrivée de nouveaux auteurs un peu perdus dans le monde de l’auto-édition et des réseaux sociaux !

Je ne connais pas Stéphanie depuis longtemps, mais perso cela fait 3 ans que je tiens un blog et 2 ans où je traîne pas mal sur les réseaux sociaux et en particulier Facebook. Alors je sais que je n’ai pas la science infuse (remarquez j’aimerai bien 😛 ), mais je me dis que quelques clés pourraient vous aider.

Les réseaux sociaux c’est un peu comme un meuble IKEA, difficile à comprendre si on trouve pas la notice en français. 😀

Résultat de recherche d'images pour "meuble ikea à monter"

Une des choses les plus importantes que ce soit au niveau des auteurs ou des blogueurs, c’est de se faire connaître. Pour ça rien ne sert de « balancer » les liens vers ses pages, il…

Voir l’article original 1 266 mots de plus